Elle panique…

Je n’avais pas particulièrement envie d’étaler ma vie et mes émotions sur la toile, mais je pense que le voyage est aussi intérieur. Alors, à l’occasion, à la manière d’un carnet de bord, pourquoi pas poser non seulement ce que je vis, ce que je vois, mais aussi ce que je ressens. Ça m’a aidé et rassuré de lire les états d’âmes d’autres, finalement je suis normale !!! donc si partager les miens peu rassurer quelqu’un… Et ça permet d’évacuer 😉

En ce moment, les jours filent à la vitesse de la lumière, le compte à rebours est lancé ! Chaque jour, au boulot, c’est une nouvelle « dernière fois », une page qu’il faut tourner, parfois avec soulagement, le plus souvent avec émotion. Et à la maison, on cartonne, on prépare, on achète ce qui manque, on se décide… et on dit au-revoir. Les journées sont bien remplies. On est un peu juste…

Et à quelques semaines de vivre enfin ce voyage dont j’ai rêvé si souvent, qu’on a construit et imaginé de longue date, petite pierre par petite pierre, et bien je ne suis pas dans l’état d’euphorie que mes proches s’attendent à trouver. C’est même un peu l’inverse. C’est le moment des doutes, des remises en questions, des peurs les plus absurdes : et si je n’y arrivais pas ? Si j’avais le mal de mer ? Si on se faisait agresser ? Et si l’un de nous avait le mal aiguë des montagnes ? Et si je perdais un proche pendant mon absence ? et si… et si… et si… Difficile de se ressaisir et de se raisonner. Dans ces moments là, on s’enferme et on se rattache à ce qu’on connait, qu’on maitrise à peu près. Pour moi, c’est le travail. Du coup tourner la page devient difficile alors que je suis absolument sûre et certaine que c’est ce que je veux et ce dont j’ai besoin, et que j’ai envie de tourner cette page.

Je crois surtout que j’ai hâte d’y être, de ne plus être dans cet entre-deux où tu es déjà un peu parti, mais toujours bel et bien là, avec 1000 choses à penser. Je me sens prête pour le grand saut, même si un vent de panique me submerge depuis quelques semaines. Ces derniers jours, c’est carrément débordant… Alors comme le chante Olivia Ruiz « Fous-moi la paix ma vieille caboche, Je suis rincée, Tu ne me fous pas la pétoche, Et je ne veux plus t’écouter » https://www.youtube.com/watch?v=KWvdqzUQUhI

Dans 7 jours, début d’une nouvelle vie…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s