Chili, un petit bilan

Wahou wahou wahou !!!

C’est ce qui nous vient en tête en repensant au Chili ! Nous l’avons finalement parcouru du Nord au Sud, en vélo, et parfois en bus et en auto. Il y a tant à découvrir sur cette bande de terre tant étendue ! Des volcans du Nord aux montagnes écorchées du sud, en passant par la douce Chiloé et la superbe Valparaiso nous en avons pris plein la vue !

Et que dire des Chiliens. Nous avons adoré leur accueil et leur gentillesse. Nous avons fait beaucoup de belles rencontres. Nous avons alterné les passages au Chili avec ceux en Bolivie et en Argentine, mais en cumulé, nous aurons passé plus de deux mois dans ce pays, dont presqu’un en patagonie, le long de la somptueuse Carretera australe. Le Chili nous aura donc complètement époustouflé par ses paysages et sa chaleur humaine. Paradoxalement c’est le pays que nous avons arpenté pour lequel nous ne sentons pas une envie de revenir rapidement. On a l’impression d’en avoir vraiment bien profité. On a souvent, entre-nous, comparé le Chili à la Suisse de l’Amérique Latine. Tout y est plus ordonné, plus propre, plus cher aussi (quoi que l’inflation en argentine nous a donné l’impression de vivre plus confortablement au Chili…). Ici, il y a un règlement pour tout. Tout est aussi très privatisé. Chaque parcelle à son propriétaire et elles sont bien souvent clôturées. Ici, tout est privatisé. Le Chili a adopté un modèle très libéral et il y a très peu de redistribution et de services publics. Il y a beaucoup de disparités entre les habitants du Nord, qui s’apparente par endroit à la Bolivie, les habitants de Santiago et de valparaiso, dont le mode de vie urbain est vraiment très proche de ce que l’on connaît chez nous et les habitants du Sud, beaucoup plus rural. Les grands propriétaires terriens possèdent des richesses naturelles incroyables que l’État ne cherche pas à récupérer pour les protéger. C’est notamment le cas dans le parc torres del paine où une grande partie du parc appartient à deux sociétés privées qui gèrent non seulement les sentiers mais également les hébergements à des prix plus que prohibitifs. Sur les 4 nuits que nous avons passé dans le parc, nous aurons grugé le camping privé 3 fois, ce qui représente une économie de 21000 pesos chiliens par personne, soit environ 28€ par personne. Ce prix là pour simplement poser sa tente dans des endroits au service minimum, c’est de l’exploitation ! Mais c’est ça aussi le Chili, c’est le business avant tout. Le modèle des Etats-Unis en ligne de mire, ce qui a le don de désemparer les jeunes chiliens avec qui nous avons eu l’occasion d’en parler.

Donc voilà, en résumé, le Chili nous aura enchanté en tant que voyageurs, grâce à sa beauté incroyable et ses habitants en or. Par contre, ce libéralisme effréné et cette privatisation à outrance nous ont un peu effrayé, et on comprend le désarroi des jeunes Chiliens qui doivent se démener pour sortir la tête de l’eau et ne voient pas l’avenir de leur pays sereinement.

4 réponses à “Chili, un petit bilan

    • Bon pour les touristes comme nous… même les populations tribales autochtones n’aimaient pas en manger ! Mais bon, moi j’ai poussé l’incohérence avec moi même à son maximum en bouffant du thon rouge sans doute même pas de patagonie, et j’ai aimé ça en plus !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s